Il paraît que Dieu a mis 7 jours pour créer le monde.



Je ne sais pas si c’est vrai mais en tout cas, ces sept derniers jours de solitude m’ont permis de me dessiner une nouvelle réalité.


Ça va faire maintenant une semaine que je suis arrivée ici et petit à petit je commence à prendre mes marques, à me sentir chez moi et à trouver des repères.


J’ai mis en place une nouvelle routine et surtout, j'ai pris le temps de retrouver une certaine motivation. Jusqu’à présent, lorsque je partais à l’étranger, mon inconscient activait le mode “Exploration, nouveauté et liberté totale !”



J’apprend petit à petit l’auto-discipline pour continuer à créer le lien entre mes voyages et mon activité professionnelle. Je prends conscience que le mouvement fait partie intégrante de mon job et que le cadre, est ce fil conducteur essentiel qui devra m'accompagner partout où je vais.

Je suis en train de tisser ce fil rouge qui va me permettre de continuer à avancer sur mon chemin en associant toutes ces parties de moi.


Je continue ainsi à créer en écrivant mes livre et en concevant des coffrets d’accompagnements audio, tout en suivant la voix de mon coeur en parcourant le monde à la rencontre des enfants et des animaux.



Je m'aperçois aussi que réaliser ses rêves, ça ne tombe pas du ciel.


Cela nécessite une excellente organisation, une vision claire de l’avenir, beaucoup de motivation et une foi sans failles.

Tout ce qui me manquait jusqu’à ce que je fasse cette pause.


Aujourd’hui, je comprends pourquoi. Si je vous parle de la partie pratique c’est que derrière tout ça, quelque-chose d’autre apparaît.


Oui, soyons honnêtes, il y a toujours une forêt derrière l’arbre.



Je viens de mettre le doigt sur un lien fort familial et des modélisations que j’avais mis en place depuis enfant.


Depuis que je suis ici, chaque jour en allant visiter mon grand-père ( principale raison de mon arrivée ici ) j'observe, je vois, je ressens d’une position “Extérieure”, l’origine de certains de mes comportements, la profondeurs de nombreuses de mes blessures.


De mes propres yeux, chez moi, je constate pour la première fois l’impact du poids familial sur ma propre vie. Si je le voyais jusqu’à présent en consultation chez les autres ou, si je l'enseignais avec passion lors de mes formations, sa résultante sur moi était bien caché au fond du placard.



Cette pression familiale pousse l’enfant à grandir en essayant de plaire, de rentrer dans le moule de son clan. Pour le peu qu’il ait des valeurs totalement différentes, c’est toute une partie de lui qui est refoulée au plus profond de son être, dès qu’il est rejeté par les siens.



C’est dur de grandir et de voir, que nous ne sommes pas comme ceux que nous aimons. D’entendre cette différence jugée par les siens. D'avoir la sensation que ce qui est le plus important pour nous est au contraire “moqué, rejeté et remis en question par sa propre famille”.


C’est un chemin de croix que de devoir prouver et imposer sans cesse qui nous sommes, à ceux qui devraient au contraire nous pousser à être nous mêmes … D’avoir à parler fort et vite, pour espérer se sentir écouté.


Combien de parents regardent leurs enfants en étant attentifs et impatients de découvrir qui ils sont, au lieu de vouloir absolument “Les éduquer, les pousser à toujours plus, leur dire ce qui est bien ou mal”.


Le mot famille prend tout son sens aujourd’hui pour moi. Je parle du genre de famille que je veux offrir à mes enfants. Comme elle est le vecteur principal de la construction d'un individu, je crois que son rôle devrait simplement d’être “un cadre”. Un peu comme un véhicule qui nous emmène et nous porte en nous protégeant vers notre propre destination, celle que l’on se choisit, celle dont on rêve.





Nous ne sommes pas notre famille et il est ESSENTIEL de ne pas reproduire les mêmes schémas et de nous libérer de cette “ fidélité familiale inconsciente” que nous portons en nous.


Nous sommes nés pour transformer l’existant, guérir les schémas du passé. Pour apporter un oeil neuf, faire évoluer les modes de pensée.
Nous sommes nés pour créer un monde nouveau, le NÔTRE.

À nous de conserver ce qui marche, d’oublier ce qui ne fonctionne plus ! Ainsi va la vie, c’est le principe même de l’évolution !


Moi qui crois au Karma, en la mémoire de nos cellules et à la force de l’âme et du tout.


Je sais donc aussi aujourd’hui, qu’il est important de valoriser et d’aimer le lien sacré qui nous uni à notre famille. Je parle de cette énergie qui nous a poussé à venir ici, dans ce contexte.


Pour cela, les questions à se poser sont simples :

  • Qu’est ce que j’ai appris en grandissant dans cette famille?

  • Comment tout cela m’a rendu fort(e)?

  • Quelles qualités, ressources cela m’a permis d’acquérir ?

  • En quoi était-ce indispensable pour mon chemin de vie?

  • Comment est-ce-que je l’utilise au quotidien pour construire celle que je suis, celui que j'ai envie d'être et réaliser ce qui vibre au plus profond de moi?


Voici les questions que nous pouvons nous poser afin de garder notre identité, de nous construire ou reconstruire.


Et la bonne nouvelle, c’est qu’il n’est jamais trop tard !


Les enfants sont l'avenir, ils naissent avec une étincelle nouvelle, ils ont un nouveau monde à construire et je crois qu'il est très important de leur donner cette place et cette responsabilité.


À nous, parents, d’être ce véhicule enveloppant et sécurisant qui les amènera au bout du monde et de leurs rêves.

Mais même si notre véhicule doit rester confortable, rassurant et présent, il se doit aussi de laisser à l’enfant le choix de l’essence, du carburant qui le fera avancer, qui stimulera son moteur.


Car même avec toute la bonne volonté du monde, la plus belle et confortable des voitures n’ira nulle part, sans énergie.


Voici d’après moi le symbole même de l’amour, la clé de la liberté de chaque être.


Toi qui lis ses mots. Peut importe ton âge, tu restera un enfant pour les plus anciens.


Tu peux aujourd’hui, si ce n'est pas déjà fait, t'autoriser à quitter ce moule. Tu peux enfin te sentir libre de rayonner au sein de ta famille et de vivre dans l'amour et la tolérance la plus totale.


Ta famille, c’est le monde. C’est cette terre mère qui nous donne la vie à tous et qui veut te rappeler aujourd’hui qu’elle t’aime exactement pour ce que tu es.


Plus que jamais aujourd’hui, elle te demande de laisser briller ta lumière.


“Aujourd'hui, je décide de vivre en paix avec moi-même et d’apporter au monde ma lumière”


DS

87 vues
Moi Georges 2.jpg
Inscrivez-vous pour recevoir toutes mes actualités !
  • iTunes sociale Icône
  • Spotify Icône sociale
  • SoundCloud sociale Icône
  • Facebook
  • YouTube
  • Instagram

CONTACT

www.stephaniedordain.com

Tous droits réservés © Stéphanie Dordain

Made in France with love